15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 15:02
On ne peut que saluer le travail effectué par la cour des comptes sur les 1ère conséquences de l'assouplissement progressives de la carte scolaire. Ce mouvement de déplacement progressif des bons élèves de zones "sensibles" vers les collèges et lycées de zones plus "favorisées", commence à désorganiser l'éducation nationale, (ghettoïsation de certains établissements, surpopulation dans les autres...)

Ce travail ne met pas en cause des familles qui souhaitent le meilleur pour leurs enfants. Il pointe la  proposition malsaine qui leur est faite: "faites travailler vos enfants et ils pourront fuire leur quartier".

La FCPE a depuis longtemps souligné les risques de l'assouplissement de la carte scolaire, comme dans son communiqué de septembre 2006 (voir ci-dessous).

Des solutions plus valorisantes et pragmatiques existent pourtant et pourraient être appliquées plus massivement dans les quartiers sensibles. Elles rendraient les écoles, collèges et lycées plus attractifs:
- Mise en place de ressources très importantes contre l'échec scolaire (RASED...),
- Entraînement des élèves à l'intégration aux classes préparatoires...

Lire ci-dessous l'article du Monde et le communiqué de la FCPE de septembre 2006

Article paru dans Le Monde du 6/11/2009

L'assouplissement de la carte scolaire, instauré à la rentrée 2007, renforce la ghettoïsation des collèges "ambition réussite", ces établissements scolaires dont les élèves cumulent les difficultés sociales et scolaires. C'est ce que souligne un rapport de la Cour des comptes présenté mardi 3 novembre devant la commission des finances du Sénat.

C'est au détour d'une enquête sur les dispositifs éducatifs dans les quartiers sensibles que les rapporteurs de la Cour ont découvert un phénomène de renforcement de la ghettoïsation des établissements difficiles, conséquence de l'assouplissement de la carte scolaire. Nombre d'observateurs s'en doutaient, mais personne ne pouvait en apporter la preuve, le ministère de l'éducation nationale refusant de communiquer sur le sujet. Désormais, une première indication chiffrée existe.

Dans son rapport, la Cour des comptes estime que, sur un total de 254collèges "ambition réussite", 186 ont perdu "jusqu'à 10%" de leurs élèves du fait de la réforme de la carte scolaire voulue par Xavier Darcos.

Alors ministre de l'éducation, il avait jugé que la carte scolaire, qui affecte un élève dans un collège ou un lycée en fonction de son lieu de résidence, "n'assure plus l'égalité des chances et ne répond plus aux attentes des familles", car elle est "régulièrement contournée".

Même s'il chiffre à 7 %, et non pas 10 %, la perte d'élèves par certains collèges difficiles, l'actuel ministre de l'éducation, Luc Chatel, n'a pas contesté ces résultats. M.Chatel dit attendre, "d'ici à la fin de l'année, une étude plus détaillée" par ses services, le rapport rendu public par Jean Picq, président de la troisième chambre de la Cour des comptes, ne reposant que sur six collèges "ambition réussite" de trois académies: Aix-Marseille, Lille et Versailles.

Plutôt que sur la fuite des collèges difficiles par leurs élèves, le ministre préfère mettre l'accent sur "50 établissements “ambition réussite” qui sont devenus plus attractifs et ont gagné des élèves", et sur les familles qui "sont satisfaites de l'assouplissement de la carte scolaire". "D'ailleurs, le gouvernement entend poursuivre jusqu'à sa disparition", note-t-il.

De son côté, M.Picq admet que "six collèges difficiles, ce n'est pas très représentatif." "Mais personne n'a remis en cause nos conclusions, remarque-t-il. Nous avons vraiment rencontré tout le monde: principaux, équipes pédagogiques, recteurs, inspecteurs d'académie, élus, associations… Tous ont relevé un aspect positif: des élèves boursiers ont pu aller étudier dans de meilleurs établissements. Et un aspect négatif: la perte d'élèves." La Cour prône de ce fait l'accentuation de la lutte "contre la constitution de “ghettos scolaires”".

Le libre choix des familles mis en avant par MM. Darcos et Chatel n'en est pas un aux yeux de la sociologue Agnès van Zanten, pour qui "le choix de l'établissement n'a de sens que s'il y a une vraie offre. Or les familles doivent se déterminer entre un bon et un mauvais établissement, ce qui n'est pas un choix. Et comme elles choisissent toutes les mêmes établissements, cela crée de l'insatisfaction".

Pour l'auteure de Choisir son école (éditions PUF), le rapport de la Cour des comptes n'est pas une surprise: "L'idée était de récompenser les bons élèves des classes populaires. Les enseignants eux-mêmes les invitent à quitter les mauvais établissements, ce qui conduit à la fuite des “têtes de classe” et à la ghettoïsation." Même dépit du côté du SNES, principal syndicat du secondaire: "Le message d'origine qui était celui de la méritocratie scolaire, devient “quittez votre quartier”. Au bout de deux ans, on a des collèges qui ont perdu jusqu'à 40% de leurs effectifs", déplore Daniel Robin, co-secrétaire général.

Comment corriger ces effets pervers? Le SNES réclame plus de moyens. M.Chatel propose, entre autres, d'ajouter aux critères permettant l'accès à un meilleur établissement (boursiers, handicapés), le fait d'être élève d'un collège "ambition réussite". Ce changement pourrait cependant augmenter la ghettoïsation desdits collèges. MmevanZanten imagine, elle, d'"instaurer des quotas par catégories d'élèves (bons, moyens, mauvais) dans les établissements, comme l'Angleterre qui prend des mesures contre le libre choix".

La Cour des comptes estime, quant à elle, que la lutte contre l'échec scolaire fondée sur l'aide individualisée, ne peut plus reposer sur le volontariat des enseignants et des élèves. "Il faut intégrer cette aide dans les obligations de service, mais ça risque d'être la révolution", prévient M.Picq.

Marc Dupuis

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La sectorisation garantit la mixité sociale - 6 septembre 2006 :

La FCPE s'oppose à toute remise en cause de la sectorisation scolaire. Elle rappelle son refus de voir instaurer une concurrence scolaire hasardeuse et acharnée.

La FCPE s'inquiète des diverses annonces remettant en cause la sectorisation scolaire et rappelle son refus de voir instaurer une concurrence scolaire hasardeuse et acharnée.

La sectorisation est un outil, son application dépend de la volonté politique des décideurs. A eux de ne pas céder aux pressions d’une minorité. Faute de volonté, ces règles n’ont en fait jamais été véritablement appliquées. Un peu facile ensuite de déplorer que certains établissements soient devenus des "ghettos" pour justifier a posteriori les pratiques de contournement.

Supprimer la sectorisation aurait immanquablement pour conséquence de créer une véritable désorganisation du système éducatif et du territoire. Comment les établissements, les collectivités territoriales et l’administration de l’Education nationale géreraient-il, en termes d’attribution de crédits et de postes notamment, les conséquences du libre choix par les familles de l’établissement de leurs enfants ? Sur quel critère tel élève serait accepté et tel autre refusé dans un établissement très demandé...

Que propose-t-on pour remédier aux raisons qui poussent les parents d’élèves à fuir l’établissement de leur secteur avant de renoncer à un système qui présente l’avantage de permettre la mixité sociale indispensable à la réussite de tous ? Sans sectorisation, il n’y aurait plus que des établissements ghettos où chacun resterait "entre soi".

Assurer la réussite de tous les élèves passe par un véritable projet d’établissement qui repose sur une pédagogie adaptée et l’attribution de réels crédits supplémentaires aux établissements les plus en difficulté avant qu’ils ne soient désertés.

A quoi servirait de créer un service civique pour les jeunes adultes si l’on n’apprend pas aux enfants à vivre ensemble ? L’éducation mérite un véritable courage politique et non pas un renoncement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • : blog de la FCPE de houilles, pour les parents qui souhaitent comprendre et participer au fonctionnement de l'école publique, promouvoir des valeurs partagées (laïcité, gratuité, école pour tous).
  • Contact

Recherche

Archives