15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 20:18

 

 

Au cours de la semaine du 18 au 22 octobre, des lycéens ont organisé un blocus, laissant passer ceux qui souhaitaient se rendre en cours.

Le début de la semaine a été émaillé d’incidents plus ou moins graves (bris de verre, feux de poubelle, voiture retournée, lancer de gaz lacrymogènes et de flash- balls) pour finir, vendredi 22 octobre vers 8h45, par l’arrestation de trois lycéens mineurs qui ont été conduits au commissariat et récupérés par leur famille, dans le courant de la matinée.

Selon nos informations, les élèves pouvaient passer devant le tribunal de police et étaient passibles d’une amende de 5ème catégorie. Cependant puisque c'était la première fois, il ne devrait pas y avoir de suite.

 

Les lycéens interpellés, selon Mme Moreau commissaire de Sartrouville, l’ont été parce qu'ils avaient transporté une baignoire remplie de cagettes. En raison des circonstances, 5ème jour du blocus, le transport de ces objets pouvait être considéré comme un délit parce qu’elles auraient pu êtreutilisées pour démarrer un feu.

Au moment de l’interpellation des trois jeunes gens, IL N'Y AVAIT AUCUN INCIDENT, NI AUCUN DEBORDEMENT. 

Les policiers qui sont intervenus étaient en civil, visage masqué pour certains, sans brassard ni aucun signe distinctif.

Des parents présents peuvent témoigner que ces interpellations ont été plutôt « musclées » : empoignades, emploi de menottes sous la menace d’un flash-ball.  

 

Nous dénonçons les méthodes policières, qui faisant preuve d’un manque total de discernement nous paraissent abusives, voire provocatrices, cherchant à assimiler les jeunes dans leur ensemble à des délinquants.

 

Nous regrettons un manque de communication avec la proviseur du lycée et les élus locaux qui aurait pu permettre une meilleure coordination avec le commissariat de police et ainsi aider à ramener le calme, comme cela s’est fait dans d’autres communes.

 

Nous assurons de notre soutien les trois familles concernées et leurs enfants et souhaitons que soit adoptée, par l’ensemble des partenaires, une attitude d’écoute et de dialogue qui garantisse le droit d’expression des jeunes.

 

lien vers site de la FCPE primaire de Sartrouville

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rekaman 24/11/2010 18:38


Il est arrivé pareil a montpellier!
Mais y a t il une loi qui interdit de distribuer des tracts
sur la voie publique ?!!!


Présentation

  • : Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • : blog de la FCPE de houilles, pour les parents qui souhaitent comprendre et participer au fonctionnement de l'école publique, promouvoir des valeurs partagées (laïcité, gratuité, école pour tous).
  • Contact

Recherche

Archives