7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 15:18

 

image respect

Cet article contient aussi le résultat du petit questionnaire qui avait été adressé aux parents.

 

 

5 remarques:

 

- On est toujours surpris des situations de violences entre enfants, dès la maternelle et quel que soit le milieu social (l'école n'est pas située dans un quartier dit "sensible"),

- Si on en parle, ce n'est pas pour se faire peur entre parents, mais pour prendre conscience de notre rôle dans l'éducation de nos enfants. Celle-ci influence leur intégration sociale et leur réussite à l'école,

- Il existe dans notre école une vraie volonté d'abolir la barrière "mentale" entre le monde de l'école et la famille. Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, ils doivent donc savoir comment fonctionne l'école et ce qu'il s'y passe, afin de remplir leur rôle du mieux possible,

- Il est tout à fait possible et souhaitable d'éduquer de très jeunes enfants aux notions de respect de soi et de l'autre. Il faut adapter la méthode à l'âge de l'enfant et privilégier la démonstration (utiliser des marionnettes ou faire semblant de se comporter comme un enfant pour lui faire prendre conscience de son propre comportement, peuvent par exemple se révéler très efficace),

- Il faut enfin faire attention à notre propre comportement devant nos enfants et témoigner nous même du respect envers l'institution. Si nous même ne respectons pas l'école et ses rêgles, comment nos enfants pourraient-ils le faire?

 

Ps: merci à Eric (pour le CR) et Laëtitia (pour les résultats des questionnaires)

 

Réunion Enseignants – Parents d’ élèves

Thème : Projet Vivre Ensemble - Respect de soi et des autres

Date : 19 octobre 2010

 

 

Une quarantaine de parents d’élèves et d'ensaignants étaient présents. Devant la participation et les témoignages des parents, la réunion s’est déroulée sous la forme d’un débat ouvert.

L’analyse des réponses au quizz n’a pas été réalisée (voir plus bas...), ni les « jeux de rôles / mises en situation » préparées par l’équipe enseignante.

 

Résumé des débats

 

  1. Constat

L’équipe enseignante a constaté une recrudescence des actes de violences en quelques années. Cela n’est pas du à l’effectif car 1 : il y avait autant d’élèves dans les classes il y a 20 ans, et 2 : l’augmentation de ces actes s’est vue de façon notable ces 5 dernières années.

 

Cette violence se traduit sous plusieurs formes :

  • Verbale :
    • insultes
    • gros mots
    • mais aussi rabaissement de l’autre (t’es gros, tes chaussures sont moches, on comprend rien de ce que tu dis)
    • menace physique

 

  • Physique :

Sur les autres : si les bagarres ont toujours existé on relève une certaine « professionnalisation » des actes

  •  
    • Jets d’objets
    • Coup de poing porté (y compris sur le corps enseignants)
    • On joue au « catch »

Sur le matériel : augmentation des jouets/jeux cassés et livres déchirés

Sur soi-même : Pratique d’activités (attention à l’utilisation du mot  JEU avec les enfants) à risques : « cascades », type « jeu du foulard/tomate », on s’arrête de respirer

NB : attention la « bagarre » peut être un jeu si on définit certaines règles et si tous les participants sont consentants.

 

  • D’ordre sexuel (ont été brièvement abordés 2 exemples concrets dont l’un s’est déroulé l’année dernière)

Acte d’attouchement caractérisé par plusieurs garçons sur une petite fille non consentante à plusieurs reprises (à ne pas confondre avec les situations classiques de la découverte du corps de l’autre).

Simulation d’un acte sexuel par 2 enfants.

 

Bien souvent ces actes sont réalisés lors de la période de récréation : 2 surveillants pour 100 élèves (ce ratio a surpris les parents) qui ne permet pas une surveillance à 100%. Mais on peut aussi les voir en classes, et même sous les yeux d’adultes (parents ou enseignants).

 

Si proportionnellement ces comportements se retrouvent plus chez les garçons, les filles sont aussi concernées.

 

 

  1. Pourquoi ?

La violence est de plus en plus présente dans la société :

-          télévision : catch (certains enfants de 3 ans regardent) et sports de combats, journal télévisé, film du soir, teaser du film du soir dans la journée

-          vie de tous les jours : dans la rue, la cour…

-          à la maison : grands frères ou sœurs (imitations), parents (certaines discussions ne regardent pas les enfants)

-          jeux vidéos dans une moindre mesure pour des enfants de maternel (sauf si grand frère)

 

Les enfants reproduisent ce qu’ils ont vu ou entendus ou subis (la victime devient bourreau) mais n’ont en général pas conscience de la portée de leurs actes tant sur eux-mêmes (se blesser gravement en faisant une cascade) que sur les autres.

Typiquement : il voit le catch au 1er degré, sans comprendre que c’est un spectacle de professionnels entraînés ; ils n’ont pas conscience de ce qu’est la mort.

 

Certains enfants peuvent aussi mal réagir à l’entrée à l’école qui peut être douloureuse/violente pour eux. Ils peuvent extérioriser ce mal être par la violence.

 

 

  1. Que faire ? Quelques pistes

Respecter les enfants pour qu’ils apprennent à se respecter

Si les parents ne peuvent pas être parfaits, il faut donner l’exemple : surveiller son langage, conversation devant les enfants, être respectueux des règles de savoir vivre au moins en leur présence

Réagir systématiquement si l’on constate que notre enfant est victime ou coupable (même si la faute est involontaire : il peut avoir bousculé un enfant sans le faire exprès) d’un de ces gestes en :

-          Intervenant immédiatement : qu’ils comprennent bien où était la faute,

-          Expliquant pourquoi c’est mal / leur apprendre l’empathie,

-          Lui apprendre à s’excuser (attention s’excuser ne doit pas devenir un simple « jeu » qui permet de faire n’importe quoi dès lors qu’on s’excuse après)

-          En punissant si nécessaire :

o   La punition doit être juste (niveau de sanction/récurrence de l’acte)

o   Que l’enfant comprenne pourquoi

o   Ne pas menacer d’une sanction qu’on n’appliquera pas

o   Ne pas se culpabiliser soi même

 

Attention à l’utilisation de la double peine : repunir l’enfant à la maison parce qu’il a été punit à l’école n’est pas toujours approprié. Il peut ne pas comprendre ou avoir oublié la bêtise du matin par exemple.

 

Il est très important de discuter avec l’enfant pour comprendre et lui faire comprendre.

 

Pour les enfants « victimes » :

 

       - savoir être à l'écoute pour détecter leur souffrance (celle-ci peut aussi s'exprimer par des attitudes, refus d'aller à l'école...),

-          Leur apprendre à savoir dire « non »,

-          leur apprendre à aller voir un adulte/enseignant s’il juge qu’on lui fait/demande de faire ou est le témoin de qqch d’anormal

 

En cas de doute sur le comportement de l'enfant, ne pas hésiter à contacter l'école (par tél ou le cahier de liaison...)

 

Les enseignants sont vigilants au mieux de leur possibilité et le cas échéant punissent. Ces punitions ne sont pas systématiquement remontées aux parents : seuls les actes jugés vraiment inadmissibles ou les mauvais comportements récurrents le sont.

Le système d’alerte des parents en fin de semaine par « bonhomme rouge ou vert » utilisé dans d’autres écoles selon que l’enfant a été sage ou pas a été évoqué avec quelques limites (risque de la double peine / concours à celui qui aura le plus de bonshommes rouges par les enfants).

Il n’est pas facile d’entendre que son enfant a des comportements violents ou irrespectueux mais il faut l’accepter et travailler pour corriger la situation.

 

Si un parent constate que son enfant revient avec des blessures ou se plaint d’un camarade, il faut absolument transmettre l’information à son enseignant (carnet de correspondance, appel de l’école, en déposant ou venant récupérer les enfants.

 

Il faut aussi savoir détecter que son enfant va mal (il ne le dira pas forcément de lui-même) : il ne veut plus aller à l’école, ne veut pas se lever, a mal au ventre.

 

L’aide d’un psychologue scolaire ou des maîtres G et E peut-être recommandé, bien que difficile à obtenir (peut de personnel et donc réservé prioritairement aux enfants du cycle II: GS, CP et CE1).

 

Aucune situation n’est irrémédiable et ce qui n’est pas fait avec les enfants de 3/5 sera d’autant plus difficile à faire lorsqu’il sera adolescent.

 

  1. Suite à donner

Parler avec les parents qui n’ont pu assister à la réunion des sujets abordés.

Une nouvelle réunion sera faite dans l’année (essayer de trouver un autre créneau horaire, 18h est un peu tôt)

Des décloisonnements seront réalisés par les enseignants avec les enfants identifiés comme ayant des comportements violents, et avec d’autres pris au hasard.

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Résultats du quizz sur le projet « Vivre ensemble »

 

89 formulaires ont été remplis, quelques chiffres et exemples :

 

1. Pouvez-vous définir le mot « respect »

- 81 définitions

- 8 sans réponse dont un avec le mot « quizz » systématiquement rayé

« Quizz » fait référence à un jeu et ce qui était proposé était davantage un sondage.

 

Parmi les définitions, ce qui revient le plus fréquemment :

·         La conscience de l’entourage : traiter avec égard / la politesse / la considération pour autrui/ savoir vivre avec les autres / le partage / conscience des autres / aimer les autres, vivre en harmonie/ ne pas faire à autrui ce qu’on ne veut qu’on nous fasse /

·         Les règles : tenir compte des règles / connaître les limites

·         La tolérance : accepter les différences

·         L’éducation : la politesse / obéir aux adultes / le respect est une chose qui s’apprend ave l’éducation / le respect est la discipline, la crainte

·         L’estime de soi

·         Le dialogue : écouter / dialoguer écouter soi-même et les autres

·         Autres : considérer les adultes de l’école comme les garants de l’autorité, de ses camarades pour éviter toute violence physique ou verbale / le respect est la vénération, la déférence pour quelqu’un, quelque chose à cause de son excellence, ses qualités, son âge.

 

2. Avez-vous déjà été confronté à des situations de violence entre enfants ? Si oui, décrivez la situation et ce que vous avez fait.

- oui : 37 (41,5 %)

- non : 50 (56,2%)

- sans réponse : 2 (2,3 %)

 

Parmi les situations décrites :

·         4 cas où les enfants sont (ont été) victimes, pour trois d’entre eux, les parents se sont heurtés à l’incompréhension des parents de l’enfant « agresseur » (chez une assistante maternelle qui a fini par se séparer de l’enfant victime, un dépôt de plainte pour un autre cas).

·         Les situations fréquentes : bagarres pour un jouet, coups de pieds, griffures.

·         Autres : jeu de catch, bagarre à la sortie d’un collège, un enfant agressé par un groupe dans la cour d’une école primaire.

 

Réactions des parents :

·         Les plus fréquentes : explication, médiation, séparation, rappel de l’interdiction, des conséquences.

·         La punition : évoquée trois fois (sans préciser) dont une avec l’objet du litige confisqué

·         Dialogue avec l’enseignant : deux fois

·         Enfant isolé : une fois

·         Des cris d’un adulte témoin d’une bagarre : une fois

 

3. En tant que 1er éducateur de votre enfant, souhaitez-vous être :

Informé  oui : 88 (98,9 %)

              aucune réponse : 1 (1,1 %)

Associé   oui : 68 (76,5 %)

              non : 11 (12,3%)

              sans réponse : 10 (11,2%)

aux initiatives de l’école en matière d’apprentissage du « respect » (respect de l’autre, de son environnement, de son corps …) ?

A noter : une ambigüité sur le terme « associé », dans le sens où le parent participe au projet « vivre ensemble » dans le cadre de l’école ou dans le sens où il serait plus actif dans la prévention de la violence auprès de son enfant. La question a été posée (succinctement) dans deux quizz. D’autres parents n’ont sans doute pas répondu, sans doute de peur d’être sollicités.

 

4. Seriez-vous prêts à participer à ces initiatives, par exemple en remplissant avec votre enfant un prochain quizz, reprenant les thèmes abordés en classe ?

- oui : 85 (95,5%)

- non : 4 (4,5%)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • Le blog de la FCPE de Houilles 78
  • : blog de la FCPE de houilles, pour les parents qui souhaitent comprendre et participer au fonctionnement de l'école publique, promouvoir des valeurs partagées (laïcité, gratuité, école pour tous).
  • Contact

Recherche

Archives